[CFDT, L'architecture] Décryptage de l’UES OBS

Décryptage de l’UES OBS en 2019

Pour comprendre les enjeux des prochaines élections du CES mais aussi pour mieux comprendre les enjeux futurs des précédentes réorganisations et ses difficultés, la Cfdt souhaite apporter un regard vulgarisateur sur l’UES OBS.

l’UES OBS est composée de deux entités juridiques : OBS SA (filiale d’Orange SA) et sa filiale OCD SAS.

Organisation de l’UES OBS : OCD SAS et les Direction d’OBS SAS
effectifs au 31 décembre 2018 – Données Direction

OBS SA possède de nombreuses autres filiales ne faisant pas partie de l’UES OBS. Certaines ont vocation à y entrer à plus ou moins long terme. Le business de ces filiales est porté par la Division OBS du groupe Orange composée de plusieurs entités (Businesse Unit ou pas).

Ces entités sont à plus ou moins grande proportion, partagés entre des salariés d’Orange SA, des salariés de OBS SA et des salariés des filiales d’OBS SA (voir le schéma)

Organisation du business dans l’UES OBS

Le business de OCD SAS est porté par la BU OCD et celui des 10 directions d’OBS SA comme suit :

  • 2 Directions pour la BU D&D – Digital & Data
    • Digital for Business – DfB,
    • Orange Healthcare – OH
  • 2 Directions pour la BU SMS – Smart Mobility Services
    • OCEAN,
    • IoT – Internet of Things
  • 3 Directions pour la BU OGSB – Orange Global Solutions for Business
    • OCWs – Orange Connectivity Workspace services
    • Orange Consulting,
    • Opération Contact Center
  • 1 Direction pour la BU OCB – Orange Cloud for Business
    • OCB
  • 1 Direction pour CS&O – Customer Services & Operations pour le pôle Opérations
    • Activité Contact Center
  • 1 Direction pour le Support : CSP paye, CSP Compta, DSI
    • FT&SP – Fonctions Transverses & Services Partagés

Répartition géographique de l’UES OBS


Répartition géographique des salariés OBS SA,
suivant le découpage des Représentants de Proximité (RP) du CSE à venir
effectif de mai 2019 – données Direction

Répartition géographique des salariés OCD SAS,
suivant le découpage des Représentants de Proximité (RP) du CSE à venir
effectif de mai 2019 – données Direction

Répartition Femmes/Hommes dans l’UES OBS

Effectifs de mai 2019 – Données Direction

OBS : structure Orange SA / filiales

Il existe de nombreuses disparité suivant les entités concernant le poids Orange SA / filiales. Nous constatons également que le nombre de salariés filiales est en passe de dépasser celui des salariés Orange SA.

Effectifs de décembre 2018 – Données Direction

Attention : les effectifs utilisés dans le graphique précédent sont les salariés intégrés au SI Orange (OBS SA, OCD SAS, B&D et Enovacom)

Pour la Cfdt, il est urgent de clarifier les situations au sein de chacune des entités. En particulier en supprimant les équipes mixtes (Orange SA et filiales) et le mode alliance.

Cet article a été publié le 2 septembre 2019.

[CFDT, L'architecture] Réorganisation d’OBS

Réorganisation d’OBS

Comme l’avait annoncé la Cfdt lors de la création d’OBS SA au 1er janvier 2019, la division d’Orange au service des Entreprises se réorganise sous l’impulsion d’Helmut REISINGER.

Le ou les projets de réorganisations

L’étape suivante de cet enchainement de transformations consiste à rationaliser l’ensemble des SBU en regroupant des salariés d’OBS SA mais aussi d’Orange SA en fonction de leurs activités.

Pour la bonne compréhension, rappelons quelques définitions :

  • SBU : Strategic Business Unit ou Unité d’Affaires Stratégiques qui regroupe des salariés d’Orange SA, des filiales françaises et internationales,
  • BU : Business Unit ou Unité d’Affaires qui forme un sous-ensemble d’une SBU.

4 projets sont actuellement en cours avec un objectif de mise en œuvre au 1er juillet 2019 :

  • Le projet « IoT » :
    • Création d’une nouvelle SBU « IoT & connected Moblity »,
    • Intégration de la BU « Mobile » (de la SBU « OGSB » d’Orange SA) à cette nouvelle SBU,
    • Transfert des équipes d’OCEAN, d’OAB/MTM et d’OAB/Smart City (appartenant à la SBU « OAB ») vers une nouvelle BU « IoT » (intégrée à la SBU « IoT & connected Moblity »).
  • Le projet « Centre de Contact » :
    • Transfert d’une partie des salariés de l’équipe OAB/SAM (SBU « OAB ») vers la BU « UCC » (SBU « OGSB »). La BU « UCC » est renommée BU « EIC »,
    • Transfert des salariés restant de l’équipe OAB/SAM (SBU « OAB ») vers CS&O/ESC.
  • La réorganisation de la SBU « OAB », conséquence des 2 précédents projets :
    • changement de nom de la SBU « OAB » qui devient « SBU Digital&Data »,
    • changement de nom à venir pour la « BU OAB ». New OAB en attendant le nom définitif,
  • Le projet « ONE » (pour la SBU « OCB ») : fusion des équipes Néocles et OCfB.

Un bon nombre d’équipes transverses d’OBS SA sont également concernées par ces réorganisations : commerciaux, avant-ventes, marketing, chefs de produit, services généraux, service comptabilité et service paie.

Si vous avez réussi à « décrypter » ce beau tour de passe-passe, c’est que vous êtes « fortiche »…

Pour mieux comprendre

Pour tenter de comprendre, la Cfdt vous propose l’évolution d’OBS depuis le début de l’année la mise en place des projets. Voici l’organisation cible de cette nouvelle étape.

La division OBS d’Orange comptera une SBU de plus et seulement 3 entités seront entièrement Orange SA. OBS SA s’introduit dans tout OBS.


Cette réorganisation d’OBS a aussi de fortes conséquences pour OBS SA. On constate au 1er juillet 2019 :

  • La création de 3 nouvelles directions, dont deux directions totalement artificielles OCEAN et IoT,
  • L’absence de Direction RH pour OBS SA afin de piloter et d’organiser les carrières des salariés au sein d’OBS SA. Chacune des Directions RH gère encore son périmètre réduit,

La Cfdt craint que la réorganisation d’OBS se fasse au détriment d’OBS SA et au seul profit de son client/actionnaire : Orange SA.

Mais où va-t-on ?

La  simplification annoncée par Helmut REISINGER n’est plus qu’une chimère que ce soit en termes d’efficacité ou bien de lisibilité de fonctionnement. En effet, cette organisation n’est qu’un enchevêtrement de structures juridiques (comme l’UES) et de concepts (comme les BU, SBU et Divisions). Nous sommes dans un monde digne des paradis fiscaux.

Il faudra certainement une nouvelle simplification pour simplifier cette simplification !


Avec ce type d’imbroglio, la Direction sera capable par un simple coup de baguette magique :

  • De rattacher n’importe quel salarié à la structure qui l’arrange,
  • De changer, re-changer les organisations sans en expliciter réellement le constat initial ni même la finalité,
  • De créer des responsabilités hiérarchiques irrégulières (puis-qu’illégales) entre des salariés de sociétés différentes et de conventions collectives différentes.


Sur ce dernier point, la Cfdt constate malheureusement que le mode alliance (imbrication hiérarchique de salariés OBS SA et Orange SA) sera amplifié par ces nouveaux projets. Des équipes mixtes seront par exemple créées pour le projet « Centre de Contact » pour lesquelles les entités UCC et CS&O ne comptaient aucun salarié OBS SA.

La Cfdt a demandé en conséquence (via une déclaration préalable aux CCE et CE concernés) que les salariés d’OBS SA rejoignant les entités UCC et CS&O soient rattachés directement à Orange SA.

Les inquiétudes

La Direction nous répète comme un mantra « Rien ne change ». La Cfdt se montre vigilante et alerte continuellement la Direction sur son aveuglement.

L’absence de visibilité et le brouillard ambiant sur la stratégie sont pourtant sources d’inquiétudes :

  • L’évolution des rémunérations et les perspectives de carrières sont-elles évaluables avec sérénité ?
  • Les segmentations engendrées seront-elles compatibles avec le travail collaboratif sans dégrader les conditions de travail ni amoindrir la diversité ?
  • La profitabilité d’OBS sera-t-elle améliorée suite à ces restructurations ?
  • La dilution des responsabilités sera-t-elle préjudiciable au bon fonctionnement d’OBS ?
  • L’accompagnement aux changements sera-t-il pour une fois au rendez-vous ?
  • Les Mobilités seront elles impactées ?

Pour la Cfdt, ces réorganisations ne sont qu’une mise œuvre théorique d’une vision haute sphère sans projet social, ni connexion avec le monde réel des salariés.

Sommes-nous au bout de nos peines ?

Pour la Cfdt, l’organisation proposée n’est visiblement pas encore aboutie. Nous ne sommes peut-être même pas au milieu de gué.

  • La BU « IoT » n’a pas été rationalisée : persistance d’OCEAN, de MTM et de Smart City,
  • Le Projet One n’est pas achevé pour la fusion d’OCfB et de Néocles,
  • Une rationalisation d’OCWs est envisagé du fait de fortes interactions avec les centres de contact et l’IoT,
  • Les services transverses doivent poursuivre leurs transformations : RH (Ressources Humaine), DSI (Direction des Service Informatique), DT (Direction Technique), la qualité, la sécurité,
  • Une réorganisation de la DATA et de l’IT est à prévoir dans « New OAB » avant un rapprochement avec B&D.

Pour faire avaler la pilule, la direction a souhaité tronçonner sa réorganisation en de nombreuses itérations dont nous ne connaissons ni l’ampleur ni le planning. Nous sommes donc collectivement embarqués pour plusieurs années dans des transformations « perpétuelles ».

La Cfdt se demande pourquoi la stratégie 2022 de la Direction n’est pas clairement présentée à tous ?

Vous accompagner

La Cfdt reste et restera entièrement mobilisée à vos côtés dans ces périodes de changements majeurs pour vous accompagner dans vos attentes.

Pour vous, nous restons attentifs : contactez vos représentants Cfdt

[CFDT, L'architecture] Démantèlement d’OAB

La nouvelle organisation d’OBS sonne le glas de la SBU OAB

En effet, la nouvelle réorganisation en cours d’OBS décompose la plus importante des SBU d’OBS :

  • OAB perd plus d’1/4 de ses salariés répartie dans 3 entités :
    • La Direction Métiers MtM qui part vers la BU « IOT »,
    • La Direction Métiers SAM qui se décompose en deux sous parties : vers la BU « OGSB / EIC » et vers la BU « CS&O / ESC »,
    • La BU OCEAN qui part vers la BU « IOT ».
  • OAB perd aussi une grande partie de son chiffre d’affaire et de sa croissance. Même si la Direction refuse de communiquer sur ce sujet en parlant d’isopérimètre pour OBS SA ; la Cfdt se lance à annoncer une perte de 50% du chiffre d’affaire d’OAB.

Les perspectives restent cependant difficiles à évaluer pour chacun : Qui sont les gagnants dans l’histoire, ceux qui partent ou ceux qui restent ?

Ceux qui partent — vers un avenir radieux ?

La Direction plébiscite les perspectives de carrière pour les équipes quittant OAB en signalant :

  • Qu’ils rejoignent des secteurs porteurs pour le groupe Orange et embarquent les sujets en croissance.
  • Que les investissements ne manqueront pas : formation, embauche et pourquoi pas de la croissance externe.

Cependant, la Cfdt s’inquiète des conséquences moins radieuses du projet :

  • Comment la cohabitation tendue entre les équipes OBS SA et d’Orange SA sera-t-elle traitée alors qu’elle confronte deux modèles sociaux très différents, pour un même modèle économique… ?
  • Comment le sentiment de spécialisation des activités et donc la réduction de la diversité, sera-t-il accompagnée ?
  • Comment seront traitées les mobilités vers Orange SA sans changer de division (OBS SA étant maintenant présent dans « presque » toutes les Directions de la division OBS),
  • Comment l’isolement de certains salariés sera-t-il accompagné ?

Ceux qui restent — vers une concurrence interne ?

Suite à cette réorganisation, c’est donc un New OAB par défaut dans lequel perdurent uniquement deux activités : l’IT (DPS et DX) et la Data (DATA).

La Cfdt s’interroge : que deviendront ces salariés restants et avec quel projet ?

Ce New OAB bancal peut faire émerger des concurrences malsaines :

  • Une concurrence sur la DATA entre New OAB et B&D qui malgré son rachat ne peut pas être absorbé pour des questions juridiques.
  • Une compétition potentielle dans l’IT entre DX et DPS qui travaillent sur les mêmes domaines et les mêmes objectifs. C’est d’ailleurs ce qu’avaient souligné les élus Cfdt lors de la création de DPS en 2017.

Cette concurrence interne ne doit pas faire oublier les sociétés Near shore Sofrecom et Orange Business Maroc (basées au Maroc et en Tunisie) qui restent pour la Direction OBS un levier de croissance dans le domaine de l’IT. Pour la Cfdt, ces partenariats restent compliqués et beaucoup moins bénéfiques qu’attendus.


Nul doute que les choses vont bouger très prochainement au sein de la nouvelle SBU Digital & Data :

  • Rapprochement des équipes de new OAB et B&D (ceci nécessitera l’acquisition de plus de 95% des actions).
  • Restructuration des activités.
  • Des croissances externes.

Vous accompagner

La Cfdt reste et restera entièrement mobilisée à vos côtés pour vous accompagner dans ces périodes de changements majeurs.

Pour vous, nous restons attentifs : contactez vos représentants Cfdt

[CFDT, L'architecture] Fusion OCfb Néocles

O.N.E : Restructuration du Cloud de l’UES OBS

Cette restructuration du Cloud de l’UES OBS se décompose en 2 projets :

  • Projet ONE :
    • Étape 1 : la fusion d’OCfb (450 salariés) et de Néocles (220 salariés) avec la création d’une nouvelle structure : direction OCB France. Nous l’entendons comme l’absorption de Néocles par OCfB,
    • Étape 2 : Mise en œuvre d’un programme de transformation.
  • Projet ONE DT : Renforcement de la nouvelle Direction Technique en intégrant des équipes d’Orange SCE.


L’objectif partagé de cette réorganisation est de :

  • Rationaliser les métiers, au travers d’une meilleure coopération et de synergies opérationnelles,
  • Augmenter la taille des équipes pour conquérir de nouvelles références clients,
  • D’améliorer la croissance et la rentabilité de l’entreprise.


Cependant, un certain nombre d’interrogations sont exposées collectivement sur :

  • L’intérêt de l’étape 1 (avec une réorganisation hiérarchique conséquente) sans connaitre les impacts et la pertinence de l’étape 2. En effet : dès le volet 1, 1/4 des salariés (soit 167 salariés) changent de rattachement hiérarchique ; Alors que le volet 2 est partiellement décrit et introduit des zones d’ombre,
  • La pertinence des découpages opérationnels introduisant des séparations artificielles ou des isolements d’équipes,
  • La rationalité des réorganisations commerciales : diversification des instances de décision et complexification des instances de reporting.

La Cfdt estime que cette réorganisation n’est malheureusement pas au rendez-vous des objectifs ambitieux.

  • Plus que jamais, la Cfdt est persuadée que la compréhension d’une telle transformation ne peut s’appréhender sans une vue d’ensemble finale du projet. Sans cela, il est difficile pour chacun de pouvoir se projeter dans un projet industriel d’avenir porteur de croissance et de valeur ajoutée.
  • Cette réorganisation est de plus pressée par le temps et la contrainte de l’agenda social avec la finalisation des convergences OBS SA sur 2019 et la préparation des futures élections 2019 de vos représentants au CSE.
  • A courir plusieurs lièvres, le risque est clairement de ne cuisiner que des légumes !


La direction a refusé d’instruire de façon concomitante tous les volets du projet.

De ce fait, Les élus Cfdt ont rendu un avis circonstancié défavorable sur le volet 1 de ce projet en estimant que les éléments apportés ne permettaient pas de répondre de façon claire à vos interrogations légitimes.

Il parait également inconditionnel pour la Cfdt de placer ce projet industriel dans la perspective ambitieuse du rachat de la société Base Farm (avec doublement des effectifs « Cloud » de l’UES).

La Cfdt reste et restera entièrement mobilisée à vos côtés dans cette période de changement majeur pour œuvrer à l’obtention de réponses claires à vos attentes.

Pour vous, nous restons attentifs : soutenez vos représentants Cfdt

Cet article a été publié le 8 mars 2019.

[CFDT, L'architecture] Iniquités dans l’UES

OBS SA : révélateur d’inégalités dans L’UES

La création d’OBS SA met aussi en évidence une absence d’harmonisation préalable des règles et pratiques entre les Directions (ou anciennes filiales) :

  • Répartitions très différenciantes des revalorisations de rémunération avec un écart conséquent de 35% d’augmentation annuelle moyenne entre certaines Directions (alors même qu’il existe déjà de gros écarts de rémunération au sien de chaque direction) ,
  • Aucune unicité de traitement des parts variables tant sur les populations éligibles que sur les montants plafonds ou les modes de calcul de rémunération,
  • Grand écart quant aux règles d’attribution des voitures de fonctions et de statuts sur les populations éligibles et les volumes (plus de 50% des salariés dans certaines Directions) avec des règles très différentes sur l’attribution des cartes carburant,
  • Absence de cohérence dans le traitement de la restauration (remise de tickets restaurant, accès aux RIE, repas à domicile, repas personnel sur le lieu de travail, …) avec inégalités de répartition des subventions correspondantes,
  • Non homogénéité des règles sur les déplacements et remboursements (actuellement enfin en cours de négociation…).

La Cfdt estime une fois de plus que la Direction n’a pas su anticiper cette fusion en négligeant l’harmonisation des pratiques qui sont hélas sources d’iniquités salariales et financières.

 

  • L’argument toujours utilisé « nous n’avons pas le même modèle social » est-il approprié pour ne rien changer alors que l’on nous serine inlassablement que nous sommes dans une même Unité Économique et Sociale ?
  • La Direction n’est-elle pas irresponsable de ne traiter qu’après coup tout ce qui a été mis sous le tapis depuis plusieurs années ?
  • Comment dans ces conditions un salarié peut-il se projeter dans une UES à plusieurs vitesses ?

Le travail restant est considérable, soutenez vos représentants Cfdt

[CFDT, L'architecture] Création d’OBS SA

« Bienvenue dans OBS SA »

He oui, c’est officiel, depuis le 1er janvier 2019 nous sommes tous salariés d’une seule et même société : Orange Business Services SA (OBS SA) qui intègre les 7 filiales (OAB, OCWS, OCfB, NEOCLES, OC, OCEAN, OH) dans L’Unité Économique et Sociale OBS (UES OBS).

Un peu de réconfort d’abord. En effet, des efforts importants ont été consentis par la Direction pour intégrer dans L’UES les filiales Neocles et OCfB en réalisant des aménagements des règlements et des ajustements de rémunération pour uniformiser les pratiques et lisser les inégalités.

La Cfdt reconnait ces réels efforts d’intégration et d’alignement dans L’UES des filiales Neocles et OCfB (sans perte des avantages existants).

La Cfdt s’inquiète cependant d’un retour récurent : « notre package social est trop couteux » qui pourrait laisser présager d’un prochain nivellement par le bas.


Cependant, cette note joyeuse s’estompe rapidement, car tout n’est pas si rose. Cette transformation ne devait-elle pas être qu’une fusion juridique « sans impact … » ???

OBS SA : Mais, c’est du grand cafouillage…

A force de dire que rien ne changerait, rien n’a finalement été mis en œuvre par la Direction pour accompagner ce changement :

  • Absence de présentation officielle un mois après la création d’OBS SA,
  • Flou artistique dans les mandats, les responsabilités et l’organigramme d’OBS SA,
  • Carence du poste de responsable des Ressources Humaines dans OBS SA (mais qui donc nous pilote ?),
  • Dilution du pilotage stratégique qui semble de plus en plus n’être qu’opportuniste,
  • Confusion sur la continuité des règlements intérieurs,
  • Incertitude sur la continuité des notes de service propres à chacune des filiales qui intègrent OBS SA,
  • Dérapages contractuels et financiers lié aux changements du contrat de référence, de code fournisseur, changements de SIRET (avec détérioration du DSO),
  • Incompréhension sur le sens et la portée des Unités d’Affaires Stratégiques et des Unités Économiques et Sociales,
  • Défaut d’espace documentaire et réglementaire commun,
  • Méli-mélo dans le renommage des filiales qui s’appelle suivant les fois Direction avec ou sans le ‘Orange’ (Direction OAB ou Direction AB),
  • Ambiguïté dans le renommage des instances représentatives du personnel,

Bref, le constat partagé par les salariés et les élus est sans appel : c’est un vrai cafouillage… Une telle prestation serait même inacceptable pour n’importe lequel de nos clients…

La Cfdt Estime que la Direction ne s’est pas donné les moyens de mettre en œuvre correctement cette transformation de Fusion-Acquisition annoncée pourtant depuis plus de 8 mois.

OBS SA : Fédérer par des outils communs

L’harmonisation des outils communs qui a été entamé aurait pu aller dans le sens d’une réduction des « écarts ». Malheusement, l’arrivée de ces outils est collectivement vécue comme des échecs :

  • Chronos : Outil bugué et mal foutu qui ne remplit même pas le traitement des obligations légales de déclaration du temps de travail effectif (un vrais gâchis qui traite quand même vaille que vaille les congés et les astreintes).
  • Fusion & Prime : Outil en très grande difficulté d’intégration (plus d’un an de retard) qui doit remplacer Agresso. La Direction a choisi pour ce faire la stratégie perdante d’identifier un outil et d’essayer de le rendre compatible à nos pratiques : autant faire rentrer un rond dans un carré… . Les premières Directions : ex NRS et Neocles essuient encore les plâtres…
  • Onéo : produit qui devait remplacer le traitement des notes de frais qui n’a même pas été déployé au vu des problèmes rencontrés. Un nouvel outil a été choisi, mais rien ne dit que ce choix soit plus pertinent…

La Cfdt constate que L’UES OBS est malade de ses outils (par leurs choix et leurs traitements).

  • Ne dit-on pas que les cordonniers sont toujours les plus mal chaussés ?
  • Notre cœur de métier n’est-il pas aussi de produire des outils ?
  • Mais qui donc pilote ces chantiers communs ?

Il est vraiment temps de redynamiser collectivement notre Unité Économique et Sociale.

Et si l’important était ailleurs ?

Et si le défaut d’accompagnement constaté n’était que pour penser à l’après OBS SA ?

Cette simplification de L’UES OBS (qui ne devait être que juridique) apporte en effet quelques effets de bord :

  • Elle facilite les mobilités internes par la simple signature d’avenant sans être obligé de renégocier un nouveau contrat de travail,
  • Elle simplifie les mouvements financiers sans forcément effectuer de mark-up en interne,
  • Elle permet des économies d’échelles et de la mutualisation sur tous les métiers transverses.

Pour la Cfdt, il ne s’agit que d’un moyen pour lancer les grandes manœuvres qui ont d’ailleurs déjà commencées. Comme tous les 2 à 3 ans, nous voilà parti pour une nouvelle réorganisation.

La Cfdt espère avoir été entendu pour que les prochaines transformations puissent se faire avec un réel accompagnement aux changements sans laisser une impression collective de désarroi.

L’avenir est à construire ensemble, soutenez vos représentants Cfdt

[CFDT, L'architecture] Instances représentatives

Votre représentativité dans l’UES OBS

La mise en place d’OBS SA aurait dû entrainer un renouvellement de vos représentants du personnel par la mise en œuvre de nouvelles élections en fin d’année 2018. Cependant, dans la perspective du nouveau Comité Social et Économique (CSE) qui fusionnera les instances DP, CE et CHSCT en fin d’année 2019, un consensus a été trouvé entre les différentes organisations syndicales et la direction. La Cfdt a signé l’accord qui permet de conserver les mêmes instances du personnel jusqu’aux prochaines élections de novembre-décembre 2019 afin d’éviter deux élections successives.

  • Les nouveaux salariés embauchés OBS SA seront rattachés aux instances représentatives de 2018 associés aux managers correspondants,
  • Les salariés changeant de rattachement hiérarchique seront intégrés à l’instance représentative de 2018 de leur nouveau manager.

Ce système transitoire est un compromis qui nous a semblé acceptable. Il sera mis à plat lors des élections du CSE qui auront lieu en fin d’année 2019.

Contactez sans hésiter l’un de vos 70 élus Cfdt locaux
ou l’un de vos 10 représentants Cfdt centraux.

L’avenir est à construire collectivement, soutenez vos représentants Cfdt

[CFDT, L'architecture] Vers OBS SA

Comprendre l’Unité Économique et Sociale OBS

En 2017, la Cfdt vous présentait l’UES NRS. Il est temps de vous présenter l’organisation de 2019.

Voici la cartographie actuelle fin 2018 avec les volumétries correspondantes ainsi que l’organisation d’OBS en décembre 2018 et celle de janvier 2019.

Réorganisation de l’UES

Au 1er janvier 2019 la société OBS SA (ex-NRS, filiale d’Orange) réalise une fusion absorption de 7 de ses filiales :

  • OAB SAS (Orange Application for Business)
    • (BU OAB) Activité d’ESN pour accompagner les entreprises dans leur transformation digitale, dans une dimension multicanale : web, téléphonie et points de vente.
  • OCWs SASU (Orange Connectivity & Workspace services)
    • (BU OGSB) Intégration de solutions globales en Réseaux, Communications Unifiées et Mobile.
  • OC SASU (Orange Consulting)
    • Conseil en télécommunications. Accompagne les entreprises et administrations dans leur transformation numérique.
  • OCEAN SASU (Ocean)
    • Géolocalisation spécialisée pour le Machine to Machine (couplage géolocalisation et gestion de flottes).
  • OH SASU (Orange Healthcare)
    • Services et conseils technologiques autour d’un système de santé connecté à destination des professionnels de la santé.
  • OCfB SASU (Orange Cloud for Business) – en dehors de l’UES OBS en 2018
    • (BU OCB) Infrastructures de cloud computing (IaaS) pour les entreprises, regroupant les activités de cloud computing, d’hébergement et de stockage dans le cloud.
  • Neocles Corporate SAS – en dehors de l’UES OBS en 2018
    • Spécialiste de la virtualisation (serveurs et postes de travail), stockage, infogérance.

Une dernière filiale – restant dans l’UES OBS – n’est pas absorbée :

  • OCD SAS (Orange Cyberdéfense) :
    • (BU OCD) Spécialiste de la sécurité, constitué à partir des équipes de la société Atheos, Orange Consulting et Obiane en 2016 et en ajoutant LEXSI en 2017

Les dernières acquisitions d’OBS SA restent pour l’instant en dehors de l’UES OBS :

  • Business & Decision (dans le domaine de la DATA),
  • Enovacom (dans le domaine des activités d’Orange Healthcare),
  • Basefarm (dans le domaine des activités d’Orange Cloud For Business).
  • SecureData (dans le domaine de la cyberdéfense).

Les impacts de cette réorganisation

Selon la Cfdt, la fusion des filiales n’a pas de forts impacts à ce jour sur les salariés. Les seuls impacts connus sont :

  1. Le double rattachement RH pour les salariés :
    • business attaché à la BU,
    • social attaché à l’UES OBS
  2. La reprise en main de l’actionnaire unique Orange sur la stratégie de ses filiales

La Cfdt regrette que l’UES OBS devienne uniquement un conteneur social sans stratégie propre.

Pour autant, à partir de 1er janvier toutes les restructurations au sein d’OBS SA sont possibles sans changement de contrat de travail. Selon la Cfdt l’année 2019 fera apparaître les changements profonds induits par cette réorganisation juridique :

  • forte restructuration des BU (Business Unit)
  • forte restructuration des métiers transverses.
  • multiplication des équipes mixtes Orange SA/OBS SA (mode alliance).

Soyons collectivement vigilants. N’hésitez pas à vous rapprocher de vos correspondants Cfdt.

L’art de l’embrouille

La simplification juridique annoncée apporte une incompréhension par l’introduction d’une complexité de nommage. En effet le terme OBS désigne simultanément :

  • la marque Orange Business Services pour le service aux entreprises
  • l’unité Economique et sociale (UES) OBS, un conteneur social pour les filiales d’Orange (à terme toutes ?)
  • l’entité juridique : OBS SA, filiale d’Orange et propriétaire de toutes les filiales d’Orange dans le domaine du service aux entreprises

La Cfdt regrette cette volonté de confusion qui nuit à la compréhension collective

[CFDT, L'architecture] Décryptage de l’UES NRS en 2017

Comprendre l’Unité Économique et Sociale NRS en 2017

Pour comprendre les enjeux, la Cfdt souhaite apporter un regard vulgarisateur sur l’UES NRS. Ainsi, l’ensemble des filiales de convention collective Syntec du groupe Orange s’est petit à petit regroupé dans une structure appelée Unité Économique et Sociale (UES) agrégation d’un certain nombre d’entités juridiques :

NRS.1

  • OAB (Orange Application for Business) :
    • Activité d’ESN pour accompagner les entreprises dans leur transformation digitale, dans une dimension multicanal : web, téléphonie et points de vente.
  • OCD (Orange Cyberdéfense) :
    • Spécialiste de la sécurité, constitué à partir des équipes de la société Atheos, Orange Consulting et Obiane.
  • OCWs (Orange Connectivity & Workspace services) :
    • Intégration de solutions globales en Réseaux, Communications Unifiées et Mobile.
  • OC (Orange Consulting) :
    • Conseil en télécommunications. Accompagne les entreprises et administrations dans leur transformation numérique.
  • OCEAN (Ocean) :
    • Géolocalisation spécialisée pour le Machine to Machine (couplage géolocalisation et gestion de flottes).
  • OH (Orange Healthcare) :
    • Services et conseils technologiques autour d’un système de santé connecté à destination des professionnels de la santé.
  • NRS (Network Related Services Holding) :
    • Holding gérant les sociétés :
        • OAB, OCD, OCWs, OC, OCEAN, OH dans l’UES,
        • et OCfB, Téléfact, Néocles ainsi que toutes les filiales étrangères (Log’in, OAB (Singapore, Tawain, Belgium), Lexsi (Canada, Singapore), OCD Belgium, SCI Groupe Silicomp, CNTP Docapost détenue à 10%) hors l’UES.

Ces entités de l’UES sont de tailles très variables :

NRS.2

Le nombre de sites par entité est presque proportionnel à leurs tailles :

NRS.3

Cette présentation est un bon préambule pour appréhender les prochaines élections.

La Cfdt est devenu depuis fin mars 2017 le premier syndicat des sociétés privés.

vitaminons-le-social