[CFDT, UES OBS] Accord d’intéressement 2019

Accord d’intéressement 2019 de l’UES OBS

Comme tout le monde s’en souvient, le faible intéressement 2018 avait été justifié par des objectifs non atteints. Les objectifs étaient en fait irréalistes et basés sur des résultats financiers inatteignables (indicateur P1 de l’EBIT retraité). Il était donc urgent de revoir les modalités 2019 de l’accord d’intéressement de l’UES OBS par un avenant.

La Cfdt signe l’avenant 2019 de l’accord d’intéressement de l’UES OBS.

Alors que les négociations pour l’avenant 2019 étaient mal engagées, la persévérance des Organisations Syndicales a tout de même permis des avancées significatives.

Les évolutions de cet avenant 2019 portent sur 4 thèmes :

  • Un seuil de déclenchement de l’intéressement plus bas pour l’indicateur P1 (indicateur financier basé sur l’EBIT retraité) : le seuil de déclenchement P1 n’est plus à 50% de l’objectif total mais se base maintenant sur la somme de 50% de chacun des objectifs des segments.

La Cfdt est satisfaite que ce seuil de déclenchement soit ainsi abaissé de 15M€ et permette d’intégrer l’objectif d’EBIT retraité négatif d’OCB.

  • Un poids moins important pour l’indicateur P1 dans le calcul de l’intéressement : le poids de l’indicateur P1 passe ainsi de 0,8% à 0,6%.

La Cfdt est satisfaite : l’irréalisme des objectifs financiers est moins prégnant pour le montant de l’intéressement.

  • Une hausse de l’objectif de l’intéressement pour l’indicateur P3 (indicateur basé sur le taux de transformation des stagiaires/alternants en CDI) : l’objectif de cet indicateur passe de 20% à 25%.

Les organisations syndicales estiment que les avancées constatées dans cet avenant compensent largement cette hausse sachant que cet objectif a largement été atteint en 2018. Il reste néanmoins des efforts à faire dans certains segments.

  • Une répartition plus égalitaire de l’intéressement : les seuils d’écrêtement pour répartir l’intéressement passe de 160 000€ brut annuel à 120 000€. C’est-à-dire que les salariés les mieux rémunérés (en petit nombre) deviennent solidaires des salariés les moins bien lotis (en plus grand nombre). Cette mesure nous rapproche de ce qui se fait chez Orange SA.

Cette dernière mesure est celle qui tient le plus à cœur à la Cfdt. En effet, cette mesure obtenue dans la dernière ligne droite permet de valoriser l’intéressement moyen de +0,2 point pour les salariés sous 1 PASS (soit moins de 40 524€ brut par an).


La solidarité des gros salaires reste relative
. Pour rappel, lorsque les NAO donne une moyenne de 2,2% de la masse salariale pour l’ensemble des salariés, les salaires les plus élevés (supérieurs à 3 PASS = 120 000€) s’octroient des augmentations de plus de 4% en moyenne.

Pour la Cfdt : même si les gros salaires sont solidaires pour l’intéressement, ils se rattrapent injustement lors des NAO continuant à aggraver les écarts de rémunération.

Des négociations efficaces

La perte des avantages fiscaux pour l’entreprise associés à l’intéressement a permis à la Cfdt de faire basculer les négociations qui se sont poursuivies jusqu’à l’ultime limite de signature.

Pour rappel, lors de la signature de l’accord d’intéressement 2018, la Cfdt avait été abandonnée par les deux autres Organisations Syndicales représentatives de l’UES OBS une semaine avant la date butoir. Cette année, des leçons ont été tirées et les organisations syndicales ont tenu jusqu’au dernier jour permettant d’arracher à la Direction la solidarité collective dont notre UES à grand besoin.

Les perspectives d’intéressement 2020

Même si les objectifs élevés de cet avenant ne permettront pas d’obtenir l’intégralité des 2% de la masse salariale en 2020, les concessions obtenues permettront un intéressement significatif.

Pour la Cfdt, cet avenant reste plus positif que le précédent. Espérons que les résultats de l’entreprise soient au rendez-vous en ces temps de réorganisations et que les objectifs collectifs tiendront suffisamment compte d’un début d’année économique difficile.

Devenez candidat aux prochaines élections avec la Cfdt
Pour défendre collectivement notre pouvoir d’achat

Cet article a été publié le 28 juin 2019.