[CFDT, Élections 2019] Candidater au CSE

Candidatez aux prochaines élections professionnelles de l’UES OBS

Des élections professionnelles auront lieu en fin d’année (entre novembre et décembre 2019) pour la mise en place d’une nouvelle instance représentative du personnel : le Comité Social et Économique (CSE).

Les salariés ont besoin de vous et de représentants proches d’eux !

La Cfdt souhaite proposer une liste d’élue aussi représentative que possible des différents métiers et des différentes spécificités géographiques avec une combinaison la plus significative de notre organisation d’entreprise.

Attention, un positionnement de votre part pour le CSE via la Cfdt OBS n’est pas une candidature définitive.


Pour s’identifier comme intéressé(e) par le CSE, il suffit de renseigner le formulaire suivant :

Cet article a été publié le 19 juin 2019.

[CFDT, Élections 2019] Le CSE

Le Comité Social et Économique (CSE)

Le Comité Social et Économique (CSE) et la nouvelle instance représentative du personnel issue des ordonnances Macron. Il vient regrouper, en une seule et même instance, les activités des Délégués du Personnel (DP), des Comités d’Établissements (CE), et des Comités d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail (CHSCT),

Des élections professionnelles seront organisées entre novembre et décembre 2019 pour mettre en œuvre ce ou ces nouveaux CSE de l’UES OBS. Les missions du CSE sont décrites dans le chapitre qui suit.

Vous pouvez dès à présent candidater
en renseignant le formulaire suivant.


Voici quelques réponses aux questions les plus courantes :

Actuellement, des négociations sont encore en cours sur la définition de l’organisation et du dimensionnement du CSE. Nous reviendrons vers vous pour vous expliquer son fonctionnement quand les négociations seront finalisées.

Vous pouvez également : poser vos questions par mail  ou nous contacter directement par téléphone.

Le CSE aura pour mission :

  • De présenter à l’employeur les réclamations individuelles ou collectives relatives aux salaires, à l’application du code du travail et à d’autres  dispositions légales (protection sociale notamment), ainsi qu’aux conventions et accords applicables dans l’entreprise.
  • De contribuer à promouvoir la santé, la sécurité et les conditions de travail.
  • De réaliser des enquêtes pour la prévention des accidents du travail, des maladies professionnelles ou à caractère professionnel.
  • De relayer l’expression collective des salariés permettant la prise en compte permanente de leurs intérêts dans les décisions relatives à la gestion et à l’évolution économique et financière de l’entreprise, à l’organisation du travail, à la formation professionnelle et aux techniques de production.
  • De s’informer et de consulter sur les questions ayant trait à l’organisation, la gestion et la marche générale de l’entreprise.

Les perspectives de Négociations

Pour les rares entreprises qui ont déjà procédé à la mise en place du CSE, les résultats sont sans appel : il s’agit d’une vision exclusivement comptable…

Cette vision étriquée du CSE se traduit trop souvent par :

  • la diminution du nombre de représentants,
  • la diminution du nombre d’heures de délégation,
  • la diminution du nombre de réunions d’échanges,
  • le raccourcissement des calendriers d’informations,
  • la limitation de l’accès à la formation et à l’expertise…

Avec l’ère Macron, une page de la démocratie sociale est en train de se tourner avec un risque d’affaiblissement de la représentation des salariés.

Sans soutien de vos élus Cfdt sur ce sujet, la représentativité des salariés dans l’UES OBS risque fort d’être perdue au profit d’un climat plus conflictuel non propice à la résolution des challenges collectifs.
Il n’est pas trop tard pour réagir.

Demandons collectivement à l’employeur de faire vivre le dialogue social en amendant le CSE pour qu’il puisse répondre aux attentes collectives. Il faut faire perdurer le dialogue de terrain entre les élu(e)s de proximité et la Direction.

[CFDT, Élections 2019] Devenir représentant au CSE

Parcours professionnel d’un représentant du personnel

S’enrichir d’expériences nouvelles

Devenir représentant du personnel, c’est aussi une expérience très enrichissante, tant sur le plan humain que sur le plan personnel et professionnel.

On apprend énormément de choses, on acquiert de nouvelles compétences et on développe des qualités : capacité d’écoute, empathie, diplomatie, sens de la rhétorique, confiance en soi, opiniâtreté, …

Les représentants du personnel ont l’avantage de côtoyer des interlocuteurs de tous niveaux et de tous métiers, en passant du top management aux DRH. Les mandats permettent ainsi de se faire connaitre auprès de salariés que l’on n’aurait jamais croisés autrement.

Dans les négociations en cours concernant les prochaines instances du personnel autour du CSE, la Cfdt fait en sorte que le protocole d’accord permette de mieux valoriser les acquis du mandat.

La Direction indique vouloir instaurer un dialogue social plus fort pour redynamiser les vocations et accompagner la digitalisation qui peut avoir tendance à déshumaniser les relations. La Cfdt attend les actes.

Et la rémunération

Chez OBS, et plus largement chez Orange, la Cfdt estime que les discriminations salariales envers les représentants du personnel ne sont plus de mise. Elles sont aussi encadrées de par la loi.

La loi encadre la rémunération des élus : a partir de 30% de mandat, l’augmentation annuelle d’un représentant du personnel est au minimum la moyenne des augmentations du périmètre.

Si un mandat vous intéresse : contactez vos représentants Cfdt

[CFDT, Élections 2019] Représentant du personnel

Devenir représentant du personnel

Pour s’engager dans le cadre de ce type de mandat, il faut avant toutes choses avoir un goût prononcé pour aider les autres et aimer faire évoluer les lignes. C’est aussi la volonté de s’engager collectivement pour défendre les intérêts des salariés.

Les positifs du mandat de représentant du personnel

Les représentants du personnel du futur CSE tiendront une place à part dans l’entreprise. Leurs responsabilités leur confèrent certains avantages :

  • Avoir une vision d’ensemble plus précise de la stratégie de l’entreprise et de ses résultats mais aussi être informé avant tout le monde des évolutions possibles de l’entreprise.
  • Être acteur de la vie sociale et dynamiser les Activités Sociales et Culturelles (ASC) de l’entreprise.
  • D’être en contact avec d’autres salariés d’horizons variés que l’on n’aurait sûrement pas rencontrés autrement.
  • Donner de la diversité à son travail (s’ouvrir l’esprit et s’enrichir).
  • Offrir la sensation de faire avancer les choses, d’aider ses collègues ou d’influencer les décisions.
  • Disposer des raisons cachées de certaines décisions ou communications et permettre de faire les bons choix à titre personnel en connaissance de cause.
  • Bénéficier de formations spécifiques.

Les difficultés du mandat de représentant du personnel

La position de représentant du personnel est habituellement aussi associée à un certain nombre d’inconvénients :

  • Avoir le sentiment de délaisser le contact avec la technique.
  • Être confronté à des problèmes humains et des tensions relationnelles : burn-out, mesure discriminatoire, harcèlement moral, …
  • Être source de conflits avec l’employeur qui peuvent conduire à un frein dans l’évolution professionnelle.

Chez OBS, et plus largement chez Orange, la Cfdt estime que les discriminations envers les représentants du personnel sont presque imperceptibles. Elles sont aussi interdites de par la loi.

Concernant l’engagement, les représentants du personnel permettent de renouer des liens entre les salariés et la direction lorsque ceux-ci sont distendus ou bloqués.

Être représentant du personnel : c’est plutôt une question de passion, de volonté, une envie de s’investir dans l’humain, le souhait d’être constructif.

Si un mandat vous intéresse : contactez vos représentants Cfdt

[CFDT, Élections 2019] L’investissement de l’élu

Investissement dans un mandat de représentant du personnel

Charge de travail d’un représentant du personnel

Selon la fonction occupée, la charge de travail d’un mandat est très variable. Le fonctionnement du CSE étant en cours de négociation, il n’est pas possible à l’heure actuelle de définir les charges associées aux futurs mandats.

Le temps consacré aux mandats dépend de deux facteurs :

  • Des moyens légaux et extra-légaux donnés par le code du travail et les négociations,
  • De l’investissement de l’élu(e) dans ces missions en fonction de l’appétence vis-à-vis des sujets traités mais aussi en fonction de sa charge de travail.


La décomposition de la charge de travail du mandat est la suivante :

  • Le temps de réalisation du mandat ou heures de délégation (lecture des documents et de la littérature, consultation et accompagnement des salariés, préparation collective et individuelle, …). Ce temps lié à l’accomplissement du mandat est à la discrétion de l’élu(e) et peut varier de 0% à 10% du temps travail.
  • Le temps des réunions plénières et extraordinaires qui correspond à des convocations pour échanger sur un ou plusieurs sujets avec la direction (en générale une réunion par mois et par mandat).

Pour ne pas freiner les vocations, la Cfdt revendique que les frais de garde d’enfants liés aux déplacements du mandat soient pris en charge par l’instance (déjà mise en œuvre dans la Direction OAB).

Proportion de temps consacré au mandat de représentant du personnel

L’investissement dans un mandat détermine beaucoup le temps que l’on y consacre :

  • Un(e) élu(e) restant en proximité géographique, peut consacrer moins de 10% de son temps dans un mandat,
  • Un(e) élu(e) participant aux réunions au niveau national sur des sujets précis, peut consacrer environ 20% de son temps au mandat.
  • Un(e) élu(e) participant à tous les sujets avec plusieurs mandats peut passer plus de 70% de son temps sur ses mandats…

Par expérience, il est parfois laborieux de concilier des mandats et sa vie professionnelle quand le mandat représentent plus de 25% de son temps de travail (le temps d’indisponibilité pour l’autre activité devient alors trop peu maitrisable). Statistiquement, le nombre d’élus n’ayant qu’un seul mandat est de 70% et 70% des élus font plus d’un mandat.

En conséquence, il peut s’avérer plus difficile de s’invertir pleinement dans ce type d’aventure en tout début de carrière et d’attendre d’avoir étayé ses compétences et son réseau.

La Cfdt sera plus précise sur ces données lorsque les négociations concernant le CSE seront terminées.

La Cfdt sera plus précise sur les différents temps de délégations lorsque les négociations concernant le CSE seront terminées. Une nouvelle communication sera diffusée à cette occasion.

Si un mandat vous intéresse : contactez vos représentants Cfdt