Référendum & démagogie

Téléchargez cet article au format PDF pour l’imprimer, l’afficher et le partager avec vos collègues.

Manipuler n’est possible que si les ficelles ne sont pas trop grosses…

Lorsque vous croiserez nos amis de la CFE-CGC durant leur visite sur votre site, n’hésitez pas à les interpeller sur leur campagne de communication approximative, voire mensongère.

La Cfdt s’interroge sur la capacité de la CFE-CGC à comprendre les enjeux fondamentaux de ce qu’ils ont signé…

Communication du 1er juillet 2021 suite à la seule signature de la CFE-CGC

Nous pouvons y lire en italique :

« En refusant de signer le projet d’accord triennal d’intéressement, la CFDT et la CGT viennent de ruiner tous nos efforts après plusieurs mois de négociations intensives avec la direction. »

La Cfdt s’étonne d’apprendre que la CFE-CGC a été motrice dans ces négociations étant donné que les principales avancées retenues sont à l’initiative de la Cfdt. Il suffit de comparer les différentes revendications pour en attester.
C’est plutôt l’inconsistance et l’absence de fil conducteur qui transparait quand la CFE-CGC négocie.

« Sans la signature de cet accord, les salariés OBS SA, OCD SAS et Enovacom SASU sont malheureusement privés d’intéressement pendant 3 ans»

C’est raté ! Les différentes parties – Direction comprise – ont déjà prévu de se retrouver en 2022 pour négocier un nouvel accord triennal 2022-2024. Cela signifie bien, que la carence d’intéressement n’est appliquée qu’en 2021 ; Alors que l’application de l’accord a de fortes chances de nous priver d’intéressement pour 1, 2 ou 3 ans (suivant l’entité considérée).

«et perdront aussi l’abondement (450€) qui lui est lié »

C’est encore raté ! L’abondement est lié à un versement volontaire de chaque salarié sans rapport avec l’intéressement. Pour preuve les salariés d’Enovacom SASU ont bien bénéficié de l’abondement 2021 sans pour autant avoir accès à l’intéressement UES OBS 2020.
De plus, le montant de 450€ est le fruit d’une négociation annuelle qui aura lieu en 2022.
Enfin, l’absence de prime d’intéressement sera un argument supplémentaire pour augmenter cet abondement.

« C’est potentiellement 5% de perte de pouvoir d’achat par an pour l’ensemble de nos collaborateurs… »

Jamais dans l’histoire de l’intéressement dans l’UES OBS (naguère NRS) ce seuil des 5% n’a été atteint. Il faudrait une sur-sur-performance incompatible avec ce que la CFE-CGC a martelé comme inatteignable durant toutes les négociations. La Cfdt salue ce vent d’optimiste soudain.

La réalité est toute autre, les simulations de la Cfdt sur les années précédentes démontrent plutôt une perte de 40% à 70% de la prime d’intéressement sur 3 ans en cas d’application de l’accord soumis au référendum.
A moins de rencontrer des salariés Orange SA, vous ne trouverez nul part des salariés ayant 2500€ de prime d’intéressement (et ceci même sur les 9 dernières années).

« Des indicateurs financiers qui ne se limitent pas à l’EBITDAaL ; nous avons réussi à imposer un critère significatif lié au taux de croissance du CA Services. »

Stupéfiant
Non seulement, l’accord trouvé entre la CFE-CGC et la Direction entérine un poids encore plus grand du critère d’EBITAal (au détriment du taux d’augmentation du CA services qui était déjà présent). Il diminue ainsi d’autant le montant de l’intéressement distribué,
Mais surtout, ce critère de profitabilité devient le nouveau seuil de déclenchement de l’intéressement. Il rend presque impossible le déclenchement de celui-ci. Belle victoire en effet !

La CFE-CGC n’est plus à une contradiction près, puisqu’elle renonce ainsi à sa ligne rouge de ne pas utiliser l’EBITDAaL comme critère financier. Belle cohérence en effet !

« Des enjeux majeurs liés à la Responsabilité Sociétale et Environnementale (RSE) du Groupe Orange auxquels la CFE-CGC est fortement attachée. »

Étrangement, c’est le critère RSE des revendications de la Cfdt qui a été retenu
Rappelons, que durant la même période, la CFE-CGC obtenait l’augmentation du plafond de la carte essence et du nombre de lavages annuels des salariés bénéficiant d’une voiture d’entreprise. Une victoire pour le pouvoir d’achat de certains, mais certainement pas pour l’environnement !

« Des règles simples de déclenchement et de répartition de l’intéressement»

Les règles sont en effet très simples : sans atteinte des seuils de profitabilité, c’est 0€ d’intéressement.

«entre les salariés de chaque entité de l’UES OBS »

La revendication de la CFE-CGC était claire sur ce sujet : il faut une continuité de la solidarité entre établissements (cela implique la mise en place de critères communs à tous les établissements).
Devant le couac de l’intéressement OCD en 2020, la Cfdt a, au contraire, revendiqué la différentiation des critères de profitabilité suivant chaque entité. C’était aussi la vision de la Direction – Donc pas de débat.

« Nous déplorons la décision de la CFDT / CGT de ne pas signer cet accord qui nous paraissait pourtant adapté et équilibré à l’ensemble des entités de l’UES OBS pour les trois prochaines années. »

C’est un peu elliptique comme développement d’un motif de satisfaction : adapté à quoi ? équilibré en quoi ? La Cfdt et la CGT OBS ont plutôt démontré le contraire.

La pudeur de la CFE-CGC est touchante mais elle omet la dernière victoire de la Cfdt (malheureusement insuffisante pour une signature) : 0,2% acquis en cas de déclenchement du critère de profitabilité. Ce point étant un peu technique, il est probable que la CFE-CGC ne l’ait pas bien intégré.

Communication du 7 juillet 2021 suite à leur demande de référendum de la CFE-CGC

Nous pouvons y lire en italique :

« La CFE-CGC réclame un vote des salariés pour savoir s’ils sont POUR ou CONTRE un accord d’intéressement pendant 3 ans »

Heureusement, la question qui sera posée aux salariés n’est pas celle-ci, mais bien “souhaitez-vous l’application de l’accord d’intéressement 2021-2022-2023 signé entre la Direction de l’UES OBS et la CFE-CGC le 30 juin 2021”.
En votant « NON », les salariés ne se privent pas de prime d’intéressement pendant 3 ans.

« Nous n’entendons pas faire payer aux salariés le prix de sa non-signature par les organisations syndicales majoritaires peu responsables face à une Direction particulièrement rigide. »

Contrairement à ce que prétendent ces propos maladroits, les salariés n’ont rien à perdre puisque la Direction s’est déjà engagée auprès des salariés à compenser l’absence d’intéressement en 2022 lors des NAO pour les entités les plus profitables. Le syndrome “du revanchard” n’est pas loin !!!
La responsabilité de la Cfdt était justement de refuser la spirale négative engagée par la Direction associée à une dégradation de notre package social.

« Nous ne pouvons accepter que les salariés soient privés chaque année d’un intéressement aux conditions fiscales avantageuses de plusieurs centaines d’euros et d’un éventuel abondement en cas d’achat d’actions Orange »

Les salariés ne seront impactés qu’une année, et uniquement sur la prime d’intéressement. De plus, les avantages fiscaux ne sont pas assurés pour 2021. On remarque que la CFE-CGC est plus modeste ici en évoquant quelques centaines d’euros et non plus les 2500€ de prime d’intéressement de leur première communication.

« Il s’entend qu’à compter de la réception de notre courrier adressé aux autres organisations, celles-ci ont un délai de 8 jours pour se ressaisir et finalement signer l’accord, et ainsi éviter la tenue d’un vote en pleine période estivale puisque celui-ci doit intervenir le cas échéant dans un délai de deux mois après la signature de l’accord minoritaire »

Le meilleur moyen de ne pas prendre en otage les salariés était de ne pas demander ce référendum, mais surtout de ne pas remettre en question la non signature majoritaire de deux organisations syndicales représentatives. Le syndrome “du mauvais perdant” n’est pas loin !!!

« Nous sommes confiants dans l’issue d’un vote des salariés visant à approuver majoritairement l’accord d’intéressement proposé »

Encore faut-il que ses promoteurs soient capables de l’expliquer.
Les journalistes “confiants” n’avaient-ils pas donné les bleus champions d’Europe ?

La Cfdt a pris ses responsabilités,
chaque salarié pourra se faire sa propre opinion

Voter « NON » au prochain référendum,
c’est faire confiance à vos négociateurs Cfdt

Réagissez en postant anonymement un commentaire (voir le champ “laisser un commentaire” ci-dessous)

Laisser un commentaire